Ritmologia como “economia política da velocidade”

Encontrei no site da La République des Lettres uma entrevista com Paul Virilio realizada em 1995 na qual ele diz algumas coisas interessantes sobre ritmo, velocidade, música e dança. Ele clama por uma “economia política da velocidade”, que seria uma espécie de ritmologia e que pode ser encontrada na música e na dança.

“Il faut, il faudra demain faire une économie politique de la vitesse comme il y a une économie politique de la richesse – l’économie tout court -. Je crois qu’il faudra inventer une “rythmologie”, je crois que le rythme de l’histoire du monde est en train de changer et que ce rythme n’est pas géré politiquement. C’est un peu comme dans la musique concrète : les harmoniques sont rares, non pas parce qu’on ne souhaite pas d’harmoniques, mais parce qu’on est incapable de juger de la rythmique sociétaire. Si on analyse l’histoire de la vitesse on constate que seule la musique et la danse prennent en compte la vitesse de manière politique : pour moi une chorégraphie, une symphonie, une danse, c’est d’une certaine façon une économie politique de la vitesse. Moderato cantabile, Allegro non troppo, c’est une rythmique du son et de même la chorégraphie est une économie politique du corps dans l’espace-temps de son rythme. Je crois, qu’on le veuille ou non, que l’accélération de l’Histoire dont parlait Daniel Halévy, est devenue telle qu’il faudra mettre en oeuvre une économie politique de la vitesse venant seconder l’économie politique de la richesse.”

Comentários desativados em Ritmologia como “economia política da velocidade”

Arquivado em Uncategorized

Os comentários estão desativados.